Célébrer les 50 ans de la Fraternité

Pour fêter les 50 ans de la Fraternité, 50 petites sœurs se sont retrouvées
les 1er et 2 août 2013.

Les petites sœurs novices partagent…


Joie des retrouvailles


C’est la joie des retrouvailles! On voyait arriver les petites sœurs les unes après les autres, seule ou à deux ou trois… chaque fois des cris de joie et des embrassades.
Que de joies réciproques ! La joie de faire connaissance, parce que même si nous sommes dans la même Fraternité, nous ne nous connaissons pas toutes et cette fête du Jubilé a été providentiel pour nous connaître ; la joie pour des sœurs qui se connaissaient mais qui ne se voyaient pas depuis deux, peut-être même depuis dix ans !
Grâce aux cinquante ans d’existence de la Fraternité, le Seigneur nous a permis de nous retrouver dans la joie. Puisque nous étions de tous les pays, régions, continents, même, c’était une joie de se demander : « Mais comment as-tu connu la Fraternité ?  Pourquoi les petites sœurs de l’Evangile et pas une autre congrégation? » Les réponses étaient toujours fondées sur Dieu et sur notre charisme. Nous avons profité de chaque moment de pause pour des partages personnels, pour poser des questions et demander des nouvelles des petites sœurs absentes. C’était magnifique !!

A Montmartre, nous nous sommes retrouvées dans une salle pour un premier temps de partage. Félicitations et merci beaucoup à celles qui ont préparé un DVD : c’est très bien fait, hyper beau ! Il a enrichi notre connaissance sur la Fraternité, son histoire, sa spiritualité, les lieux où elle a été et où elle est aujourd’hui.


Sûrement, ce n’est pas facile de fonder une fraternité dans des milieux pauvres mais c’est une joie de vivre avec !

Quel bonheur de voir le passé et de célébrer les 50 ans d’existence : Quelle belle histoire !!
50 ans dans la barque d’évangélisation et de contemplation, avec les pauvres en présence de Dieu Trinité et de Marie, de frère Charles et de frère René Voillaume.


Ensuite, nous nous sommes rendues toutes à la Crypte de la Basilique pour la célébration jubilaire. Nous avons commencé par l’hymne d’entrée : « Tenons en éveil la mémoire du Seigneur… » Le contenu de ce chant nous dit déjà quelque chose de fondamental pour notre vie. Bénir et louer le Seigneur pour les merveilles qu’il fait dans chacune de nos vies et dans chaque fraternité. C’est une invitation à tenir en éveil et justement « garder au cœur le souvenir de ses merveilles », … dans les moments de joie comme dans les passages plus difficiles, autrement dit, à travers les ombres et les lumières de notre vie.
Durant la célébration, nous avons vécu trois moments mettant en relief des aspects importants : premièrement, un temps de demande de pardon : une relecture de vie dans la foi ; puis des témoignages dans l’action de grâce : « ce qui m’émerveille dans la Fraternité ». Enfin c’est la confiance : tenir dans l’espérance.

Des symboles ont été présentés :
le premier c’était une pirogue qui représentait la première fondation en forêt. Des lumignons ont été posés ensuite sur la carte du monde en signe de la présence de la Fraternité dans les différents pays. »


La célébration eucharistique simple et significative, présidée par le frère de l’Evangile Daniel Boursier, qui nous a plongées dans une atmosphère foucauldienne en gravant dans notre mémoire plusieurs phrases de frère Charles comme la Parole qui a transformé sa vie : « tout ce que vous faites aux plus petits, c’est à moi que vous le faites… et si on songe que ces paroles sont celles de la vérité incréée, celles de la bouche qui a dit ‘ceci est mon corps, ceci est mon sang’ avec quelle force on est porté à chercher et à aimer Jésus dans ces petits ».

Adoration de nuit
La fatigue du voyage pour certaines ou celle de la préparation de cette célébration pour d’autres, ne nous a pas empêchées de rester longuement à contempler le Mystère eucharistique, qui est le cœur de notre charisme, pendant l’adoration de nuit. Adorer le Seigneur dans le même lieu où frère Charles restait en adoration toute la nuit, a été pour nous très significatif. Cela nous a tellement touchées si profondément que nous avons choisi les heures ‘les plus coûteuses’ pour rester auprès de Lui !

Nous avons voulu répondre à l’Amour avec amour par ces petits détails. En restant à Montmartre toute la nuit nous avons découvert le climat de recueillement, de silence et de prière dans la Basilique contrastant avec les bruits extérieurs des voix hautes et des voitures qui passent… n’est-ce pas notre charisme qui nous appelle à vivre cette contemplation au milieu du monde qui suit son cours ?

En fraternité, le lendemain
De retour à la fraternité de Pierrefitte, nous voilà autour de la table à 50 dans le jardin. Hélas il faut se dire ‘au revoir’ ! Nous avons envoyé les capitulantes au Chapitre et les autres sœurs sont reparties dans leur fraternité…