30 JOURS DE DESERT

Devant la chapelle

Un temps pour s’arrêter sous le regard d’amour du Seigneur

Petite sœur Vincenza vient de passer un mois, seule, dans un ermitage, dans le sud de la France. Elle nous partage ce que nous appelons « un temps de désert».


30 jours pour Dieu dans le silence et la solitude, en ermitage, au milieu de la nature,
pour rendre grâce pour mes 50 ans de vie religieuse.

Oui, rendre grâce pour Son appel à donner ma vie pour Lui et pour mes frères et sœurs, les plus pauvres.
Rendre grâce pour sa fidélité qui ne m’a jamais fait défaut.
Rendre grâce pour tout ce que j’ai reçu par les personnes que j’ai côtoyé.

Ce temps de désert a été aussi un temps pour m’arrêter, pour remettre ma vie sous le regard d’amour du Seigneur, pour me désencombrer de tant de choses inutiles qui sont un obstacle à la rencontre avec Lui et avec les autres.


Quand nous sommes immergés dans la vie de tous les jours, si on ne s’arrête jamais, on devient comme Marte qui s’agite et fait beaucoup de choses, qui est à côté du Seigneur et qui lui parle, mais son cœur est ailleurs et elle n’est plus disponible pour écouter ce que le Seigneur veut lui dire et ce qu’il attend d’elle.


Devant la chapelle

Chercher sa face dans sa PAROLE, Le rencontrer dans l’Eucharistie et au plus profond de mon cœur, m’exposer à Lui telle que je suis, avec mes faiblesses et mes fragilités pour qu’il les guérisse et que je puisse les assumer dans la paix et l’humilité.

Me laisser saisir par son amour qui me remplit de joie et me donne une grande envie de le transmettre à tous ceux que je vais rencontrer.

Pendant que j’étais au calme, le monde était traversé par une vague impressionnante de violences, de guerres, d’épidémies, de persécutions, et de malheurs de toutes sortes. Etre au désert ne signifie pas oublier le monde avec ses problèmes, mais c’est le moment où on prend tout cela dans la prière, une prière d’intercession incessante et quotidienne pour que le Règne de Dieu arrive en apportant à ce monde la paix dans la solidarité et la justice avec l’amour qui est source de fraternité.

Demain je retourne à la vie ordinaire et c’est là que le vécu de ce mois doit porter son fruit. Petite Soeur Vincenza

 

Retour