Aider à reprendre espoir en soi-même

La mission de la fraternité de Jalapa (Guatemala)

Les petites Sœurs du Guatemala (Chantal, Iris, Monique et Claudia) nous donnent un aperçu de leur vie dans un quartier marginalisé de la banlieue de Jalapa, ville d’un peu plus de 100 000 habitants :

Nous sommes à Jalapa depuis trois ans, au sud-est du Guatemala, proche de la frontière du Honduras et du Salvador.
Petit à petit nous apprenons à mieux connaitre ce pays et surtout ce quartier. La plupart des gens y demeurent pendant que d’autres déménagent ailleurs ; autre constat, de nouvelles habitations ne cessent de se construire, malheureusement sans l’installation de nouvelles infrastructures indispensables. Ces semaines de pluies abondantes laissent les chemins bien impraticables et nos classiques sandales résistent à peine à la boue et aux mares qui se forment un peu partout.


Depuis octobre 2016 nous sommes installées dans notre nouvelle maison, spacieuse et belle, nous offrant de meilleures conditions de vie communautaire et personnelle. Les petits groupes avec lesquels nous travaillons peuvent se rencontrer à la fraternité sans problèmes.

Ces derniers mois, nous nous sommes rendues compte qu’il nous fallait chercher comment motiver davantage les familles, les petites communautés ecclésiales, la catéchèse, le groupe des femmes, des jeunes, les enfants… Il est probable que cette lassitude, voir passivité de la majorité est souvent liée à leur vie difficile, conflictuelle, au fait que les plus âgés d’entre eux ont été peu habitués à développer leurs idées, à exprimer leurs difficultés, leurs souhaits. Il nous paraît donc important de favoriser la participation des uns et des autres afin que peu à peu, ils trouvent un intérêt à ces activités proposées et un intérêt à se découvrir « sujet » et non seulement « présence ». Ce chemin à construire avec eux voudrait être un moyen de reprendre espoir en soi-même, d’apprécier la rencontre avec d’autres et d’être mieux préparés à vivre la vie d’adultes confiants et responsables. Ce chemin pourrait aussi inviter à croire qu’un peu de bonheur fait partie du désir de Dieu pour chacun. Souvent les diverses souffrances et duretés de la vie se conçoivent comme l’unique chemin vers le Royaume de Dieu.

 

A nous donc, avec parfois les différents animateurs, d’innover pour rendre plus vivantes les rencontres ! C’est un réel travail d’écoute, de patience, d’imagination, dynamisant pour chacune de nous, effort qui nous lie chaque fois plus à notre quartier et à la mission.


En cette année 2017, vu le nombre élevé d’enfants dénutris et le désarroi de beaucoup de mères de famille face à leur tâche éducative Monique, arrivée dans notre communauté en janvier dernier, a rejoint la Pastorale de la petite enfance. Elle est ainsi chargée de visiter plusieurs familles afin que celles-ci se sentent soutenues et encouragées. Il s’agit souvent d’aider à prendre conscience de la fragilité de l’enfant et de l’importance des soins dont il a besoin. La Pastorale de la Santé a débuté aussi avec Monique et une voisine très motivée, membre de la communauté ecclésiale du quartier. La réalité de l´hôpital public de Jalapa est déplorable.


Iris et son groupe de jeunes poursuivent leur « compagnonnage » ! Un bon nombre a abandonné mais demeure fidèle un petit noyau, disponible pour ces rencontres hebdomadaires qui leur permettent de réfléchir ensemble, de se détendre aussi. Iris leur a proposé de participer aux prochaines Journées Mondiales de la Jeunesse en janvier 2019 á Panama…

Vu la proximité de ce pays, c’est une occasion unique pour eux de vivre une telle expérience d’Eglise et de Foi. Ils doivent donc s’y préparer et « se bouger » pour se permettre ce voyage. A suivre… Tous ces mois-ci, Iris a préparé plusieurs foyers chrétiens aux sacrements d’initiation chrétienne (pour certains) et au sacrement du mariage. Chemin bien émouvant pour ces foyers qui ne sont plus de la prime jeunesse et qui s’interrogent sur leur manière de vivre leur engagement avec le Seigneur, avec l’Eglise, entre eux, et avec leurs enfants.

Claudia est avec les plus jeunes : les enfants de la Catéchèse. Leurs animateurs se forment chaque mois à la fraternité avec Claudia pour être davantage prêts à transmettre la Bonne Nouvelle du Christ, à l’intérioriser personnellement. Là aussi, nous nous rendons compte combien il est important de valoriser leur rôle d’éducateur et de témoin. Les parents ont été conviés plusieurs fois pour les aider à s’intéresser á l’éveil spirituel de leur enfant. C’est un grand défi à relever car la plupart n’a pas toujours été sollicitée à approfondir sa foi depuis l’enfance.



Et moi, Chantal, je continue entre la maison, quelques coups de main au jardin (gratifiant car le soleil et la pluie ne manquent pas, dommage tout de même qu’une multitude de bestioles grignotent légumes et pétales), la bibliothèque ; le mercredi, un petit groupe d’enfants s’initie à la couture depuis quelques mois, ce qui devrait les aider à se concentrer et à créer une « œuvre » par eux-mêmes.


Tout est passionnant à l’heure de mettre en route des chemins nouveaux invitant à grandir et à se découvrir capable d’ETRE et d’AGIR comme personne unique, utile et reliée aux autres !

Que le Prince de la Paix, l’Enfant-Dieu nous enrichisse de Sa Pauvreté pour persévérer dans nos vies d’adultes, de « grandes personnes », porteuses d’un trésor reçu et destiné à « donner du fruit et un fruit qui demeure » !

 

Retour à Actualités