Une experience de fraternité
150ème anniversaire de la naissance de Charles de Foucauld


Ce ne sont pas des mots… J'ai encore sous les yeux et dans le cœur la conclusion de la messe à la cathédrale dimanche après-midi. Nous étions 200 à agiter des foulards multicolores à chaque fois que le mot " FRATERNITÉ " était proclamé dans les diverses langues : espagnol, français, arabe, italien, russe, néerlandais, anglais, finlandais, allemand… et d'autres que j'oublie.
Frère Charles - le frère universel

Au cours de ces trois journées, nous avons vécu concrètement l'accueil sur cette terre d'Alsace dont frère Charles s'est imprégné pendant les douze premières années de sa vie : musique, chants polyphoniques, danses folkloriques, plats typiques, choucroute, la " tarte flambée ", le " kougloff ", la bière locale… et le thé à la menthe offert dans la maison du grand-père maternel, devenue un centre d'accueil pour étrangers.
Experience de fraternité
Comme disciples, amis, frères et sœurs de Charles de Foucauld, nous nous sommes vraiment sentis accueillis dans les familles et les communautés religieuses qui nous ont hébergés, mais aussi au séminaire et au lycée Charles de Foucauld, lycée professionnel de la banlieue où étudient des jeunes en difficultés scolaires.

Là, la section hôtelière nous a préparé et servi un repas de façon chaleureuse et attentive.

La visite de la ville s'est terminée le dimanche matin par le pèlerinage sur les lieux fréquentés par Charles de Foucauld pendant son enfance alsacienne : maisons, rues, églises du centre de Strasbourg, dont saint Pierre le Jeune où il a reçu le baptême et qui maintenant est un temple protestant.
De tout cela, Charles de Foucauld a été douloureusement arraché par de nombreux deuils familiaux et de façon définitive à 12 ans, lorsque l'Alsace est devenue allemande.

Peu à peu, on nous a présenté un portrait de Charles de Foucauld : vendredi soir, nous l'avons vu dans le cadre de la société de son temps, divisée à Strasbourg entre catholiques et protestants, français et allemands.
Samedi on nous a retracé sa vie de famille et ensuite son itinéraire spirituel sous la conduite de l'abbé Huvelin de Paris : une amitié profonde à l'écoute de l'Esprit.

Partage de Petite Soeur Carmen de Haïti

Dans l'après-midi nous avons écouté deux témoignages concrets de la façon dont les intuitions de Charles de Foucauld s'incarnent aujourd'hui : le dialogue interculturel et religieux en Algérie évoqué par l'évêque du Sahara, Monseigneur Rault, et le partage des difficultés des paysans en Haïti par les petits frères et les petites sœurs de l'Incarnation.

La rencontre avec Charles de Foucauld et le message qu'il nous laisse à chacun de nous, sont passés aussi par le spectacle présenté samedi soir par Bruno Durand : "Comme un voyageur dans la nuit". Une présentation de Charles de Foucauld dans ses longues marches dans le désert du Sahara, de son immersion " goutte à goutte " dans la culture des populations touaregs jusqu'à être accueilli par eux dans une période de maladie, d'extrême faiblesse et solitude. Une vie donnée par amour, abandonnée avec confiance dans les mains du Père et enfin pacifiée.

Pour nous, cela a été très important de venir à Strasbourg sur les pas de frère Charles de Jésus, en chemin vers une fraternité incarnée dans un peuple, une terre, une culture et ouverte au dialogue et à l'universalité.

Retour